samedi 9 novembre 2013

09/11/13



Arrivée à Ouagadougou vendredi soir. L’ensemble des volontaires, accueilli par l’association Itinérance,  se rejoint dans la cour de Songalo, notre hôte pour deux nuits. Premières conversations autour d’une bière au maquis du coin (café/bar de rue).


Sous un préau à Ouagadougou, Premiers pas au Burkina
Premier réveil à Ouaga, nous profitons de la fraicheur matinale (fraicheur africaine…) pour prendre le petit déjeuner sous l’ombre du manguier de la coure.



Première réunion de l’association Permaculture Itinérante.


Après un tour de table des membres de l’association,  nous passons au jeu de la ficelle, célèbre en permaculture, qui aboutit à une toile  d’araignée concrétisant l’interconnexion des individus au sein d’un groupe. Ce jeu met aussi bien en évidence la stabilité de la dynamique d’un groupe, que celle d’un écosystème.
Ben et Eric, coordinateurs du projet, insistent sur les objectifs du chantier, c’est-à-dire le partage des pratiques et savoirs en agriculture et construction. La réunion se conclue sur un « Ka-dom-ba » frappé des mains à l’unanimité !

 Nous mangeons pour la première fois en Afrique dans un resto du coin. Nous découvrons le riz accompagné de mille sauces : feuilles, arachides, graines, tomates. 



L’après-midi démarre par une réunion synthétisant les besoins et ressources de chacun et se termine auprès de nos hôtes ouagalais…



Cette journée se finit par un concert de Balafon et percussions dans notre coure : les jeunes du coin se déchainent sur les rythmes traditionnels et nous entrainent petit à petit dans leurs danses…